Focus On : G.KERO

By vendredi, février 13, 2015 Permalink 1

Un matin plutôt pluvieux d’octobre ou de novembre, on m’accueillait pas loin des Grands Boulevards. C’était chez G.KERO. J’avais du retard mais on m’avait souri quand même. Dans l’intimité blanche de l’échoppe bordélique et charmante, je faisais mes premiers pas autour de collections colorées et de paires de ciseaux laissées là, comme pour décorer. Deux personnes à l’intérieur : Philippe le frère de la créatrice et une stagiaire dont je crois me souvenir le nom mais que je tairai pour ne pas me tromper. Je tendais l’oreille, pour embrasser d’un coup la vacuité des environs et déterminer si la créatrice se cachait par là.

Je compris vite que non. Tant pis pour l’interview.

À l’étage, Philippe m’a montré des bribes de collections, il a fait tournoyer des mètres d’étoffe et fait voir ce que j’étais venir voir : le travail de l’artiste.

Photographie Instagram @gkeroparis

Photographie Instagram @gkeroparis

Marguerite Bartherotte à l'œuvre.

Marguerite Bartherotte à l’œuvre. (Photo instagram aussi @gkeroparis)

Je n’ai pas vu Marguerite Bartherotte. D’ailleurs, elle ne m’aura pas vu non plus. Je sais pas qui y perd le plus dans cette histoire. Elle, pour sûr.

Avec Philippe, on a parlé tissu, boutons en nacre, peinture et coupe de vêtements. Comme des vrais mecs qui se respectent en somme. On s’est pas faits de violentes accolades en faisant entrechoquer nos bières, mais c’est pas pour autant qu’on a passé un mauvais moment.

Evidemment, je ne suis pas reparti les mains vides, ce serait mal me connaître. J’ai jeté mon dévolu sur cette chouette création un poil hipsterisante faut bien le dire. J’aime particulièrement la simplicité d’un trait noir sur une toile blanche.

T-Shirt moustache G.KERO

T-Shirt moustache G.KERO

Je me suis surpris à choisir celui-ci tant, généralement, je ne supporte pas de voir un visage sur un t-shirt, car visuellement, quand je croise moi-même une personne portant un tel t-shirt, je me sens légèrement angoissé par cet individu à deux visages. Trop d’yeux. Trop de nez. Ici, le trait est beau, ça ne flanche pas, c’est à la fois précis et précipité, casse-tête et enfantin.

Considérations techniques : Pour l’avoir lavé, sachez que rien ne se perd tout se transforme. Le coton est d’une douceur comparable à la claque câline du premier rayon de soleil achevant l’hiver. Etant entre le médium et le large, je l’ai pris en L (parce que je trouve qu’ils sont plus beaux portés un chouia grand) mais sinon ça taille normalement.

Je vous montre le résultat.

Photographies du shooting G.Kero

JIM_Casual_l_Karimage_(89_sur_113) JIM_Casual_l_Karimage_(62_sur_113) B6

Le Vestiaire de Jim Karim Benhaddouche

Mes coups de cœur G.Kero

Chemise Space Man

Chemise Space Man

qsd

Calamity Jane

Foulard G.KERO

Foulard G.KERO

Le Vestiaire de Jim G.Kero

Cette saison (P/E 15), G.Kero va ouvrir sa collection de chemises aux hommes ! Enfin ! On va peut-être pouvoir avoir accès à la chemise Kamasutra qui fait parler d’elle dans le milieu du showbiz. Mais oui, ce n’est pas une vanne du tout, regardez plutôt :

Cara Delevingne

Cara Delevingne

Le Vestiaire de Jim Charlotte Lebon

Charlotte Lebon

Kate moss Le Vestiaire de Jim

Kate Moss avec la chemise SpaceMan

Voilà.

G.Kero est vraiment une marque avec un supplément d’âme. Le vent créatif soufflé par Marguerite et rationalisé par Philippe semble intarissable. Je dois dire que j’ai vraiment hâte de les voir évoluer chaque saison. Je ne saurais que trop vous recommander d’aller à leur rencontre et de vous offrir leurs produits, car ceux-ci sont à la fois de bonne qualité mais également véritablement originaux.

Pour cet été, je suis à peu près sûr que je ferai venir une chemise, et je suis à peu près sûr également que cette chemise sera celle avec laquelle je passerai le plus de temps.

E-SHOP de G.KERO / INSTAGRAM G.KERO / FACEBOOK G.KERO

Jim

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *